Bénédicte Le Pimpec | Curatorial projects

Glossaire [pour Florent Meng]

Glossaire écrit à l’occasion de l’exposition Dunes of Deletes de Florent Meng, one gee in fog, 24.11-03.12.2016

 

Cave canem exp. lat. [Kav Kanɛm], (trad. fr attention au chien)

  1. En 79 après JC, le volcan Vésuve entre en éruption, ensevelissant la ville de Pompéi sous une épaisse couche de lave. En 1874, des archéologues y découvrent une petite cavité, formée par la décomposition du corps d’un chien. Enchaîné à l’entrée d’une maison au moment de la catastrophe, il a vraisemblablement été étouffé. Grâce à une technique mise au point par l’archéologue italien Giuseppe Fiorelli, consistant à réaliser un moulage des victimes en versant du plâtre dans la cavité laissée par la décomposition du corps, il a été possible de donner forme à l’animal. Cette technique d’empreinte a permis de reconstituer et d’analyser de nombreux vestiges. 2. Les matériaux utilisés pour le moulage ont largement évolué depuis le XIXe siècle avec le développement de l’industrie (différents métaux tels que l’aluminium ou l’acier mais aussi des matériaux souples tels que le latex, la gélatine, le caoutchouc ou le silicone sont maintenant utilisés) permettant une simplification notable dans la conception des moules et la fabrication d’objets en série. (Note : Fabriqué en série vers la fin des années 90, c’est bien un vieux bouledogue en silicone gris qui gît là sur le sable. Mi menaçant, mi ridicule, la gueule béante et poussiéreuse, il a perdu sa fonction et traine, preuve du passage de l’homme, dans l’attente d’une décomposition certaine).

Dichromatie du camouflage exp. fr [dikʁɔmati dy kamuflaʒ]

  1. La dichromatie du camouflage est une technique pour disparaître face à une caméra numérique consistant à s’habiller entièrement en vert, couleur primaire la plus lumineuse en vidéo et peu présente sur la surface de la peau. 2. La dichromatie caractérise un individu dichromate c’est-à-dire qui ne voit que deux des trois couleurs fondamentales (rouge, vert / vert, bleu / bleu, rouge). 3. La plupart des gros gibiers, comme le cerf, sont dichromates. 4. Les chasseurs utilisent souvent des vêtements de camouflage pour se dissimuler, visuellement adaptés à la chasse qu’ils pratiquent. par ex. le camouflage orange vif, qui rend le chasseur très visible pour les humains, mais s’appuie sur le fait que la plupart des gros gibiers, comme le cerf, sont dichromates et ne perçoivent l’orange que comme une couleur terne.

Disparition n.f [dispaʁisjɔ̃]

  1. Fait de disparaître, de ne plus être visible. 2. Absence, plus ou moins bien expliquée, de quelqu’un ou de quelque chose : la disparition d’une somme d’argent. 3. Fait de ne plus exister. par ex Disparition d’un mur. (Note: Un objet qui parle de perte, de destruction, de disparition d’objets. Il ne parle pas de lui-même. Il parle d’autres objets. Les inclura-t-il eux aussi ? J. Johns).

Dunes of deletes exp. en [dun ʌv dɪˈlits] (trad. fr. dunes de l’effacement)

  1. Les dunes of deletes sont un vaste ensemble de collines sablonneuses situées quelque part à mi-chemin entre le désert de Mojave (Californie) et le Big Bend National Park (Texas). 2. C’est là où se trouverait le mur invisible (cf. White wall)

Fugitive landscapes exp. en. [ˈfjuʤətɪv ˈlændˌskeɪps] (trad. fr. paysages fugitifs)

  1. Agencement de traits, de caractères et de formes d’un espace donné dont on ne peut se saisir que brièvement. 2. Les fugitive landscapes sont des territoires reculés ou escarpés où résident des individus en marge ou en bordure des États-nations, échappant à tout contrôle politique, juridique ou administratif.

Leurre n.m [lœʁ]

  1. Artifice, moyen d’attirer ou de tromper. 2. Un leurre informatique est une technique de camouflage de son identité ou de ses intentions en vue de tendre un piège. (Note : Il y a plusieurs leurres possibles pour masquer des traces de pas ; l’un d’entre eux consistant en deux sabots taillés dans le bois qu’on fixe à ses chaussures à l’aide d’une fine cordelette. On obtient ainsi une empreinte de vache dans le sol au lieu de la marque de tes Adidas).

Liquid green exp. en. [lɪˈkwaɪd grin] (trad. fr. liquide vert)

  1. Liquid green est une technologie permettant aux êtres vivants de disparaître face à la surveillance numérique. Par l’ingestion d’un liquide visqueux de couleur verte, l’enveloppe corporelle du sujet intègre une forte dose de rayons gamma, permettant une rapide coloration verte. Développée depuis 2010 par l’US-SF, section spéciale « disparition » de l’armée américaine, cette technologie, dérivée de l’industrie nucléaire, est disponible sur le marché noir depuis fin 2015. 2. En 1960, le Dr Bruce Banner, physicien nucléaire, crée un nouveau type de bombe atomique, la bombe G, basée sur les rayons gamma. Liquid green en est un dérivé.

Rolling stones exp. en [ˈroʊlɪŋ stoʊnz] (trad. fr. pierres roulantes)

  1. McKinley Morganfield (1915 – 1983) dit Muddy Waters est un guitariste et chanteur de blues américain originaire du Mississippi. Il a notamment composé Rollin’ Stone se référant à la genèse même de la musique : « dès le moment où la Terre naquit, la musique aussi », Rollin’ Stone prend son fondement dans la collision entre les premières roches qui émirent le tout premier son. 2. À Racetrack Playa, plaine reculée située dans la Vallée de la Mort, des pierres se déplacent toutes seules, laissant derrière elles de larges sillons. La proximité de la Zone 51, base militaire de l’U.S Air Force a suscité de nombreuses hypothèses quant au déplacement de ces pierres. Après des décennies d’enquête, il est maintenant pratiquement prouvé par des scientifiques que le déplacement de ces pierres est dû à la force latérale exercée par une mince couche de glace qui se forme lorsque les conditions climatiques sont réunies (tempête de neige suivie d’une nuit polaire, puis au matin, d’une fine brise et de quelques rayons de soleil).

Trace n.f. [tʁas]

  1. Empreinte ou suite d’empreintes sur le sol marquant le passage de quelqu’un ou de quelque chose. 2. En géométrie, c’est l’intersection d’une droite ou d’un plan avec l’un des plans de projection. 3. Ce qui subsiste dans la mémoire. À ce propos, la photographie pourrait être considérée comme une trace. 4. Matérialisation tant de la présence que de l’absence (Note : Dans L’écriture de l’histoire, Michel de Certeau avait relevé le retour obsédant d’expressions telles que « effacer les traces » ou « les dissimuler » et pointé, au sujet de la vérité historique, le rapport de la fiction à l’histoire. « Fiction, parce que l’homme n’a ni goût, ni inclinaison à recevoir la vérité. Elle est ce qu’il tait par la pratique même du langage. La communication est toujours la métaphore de ce qu’elle cache. Vérité pourtant, parce que, ayant droit en cette place même, quelque chose d’infantile reste là : document in-fans, exclu et constructeur du langage communiqué (la tradition), “noyau de la vérité historique”, marque inscrite et illisible, empreinte. » cf. Jean-Pierre Lehmann, « Traces, inscriptions : une question aux fondements de la psychanalyse », Che vuoi ?, 1/2005 (N° 23), p. 11-20.)

White wall exp. en [waɪt wɔl] (trad. fr. mur des blancs)

  1. En 1994, l’administration Clinton lance l’opération Gatekeeper afin de « restaurer l’intégrité et la sécurité à la frontière la plus fréquentée de la nation ». L’érection du mur séparant les Etats-Unis du Mexique, ainsi que sa militarisation, sont renforcées en 1996 par le Illegal Immigration Reform and Immigrant Responsibility Act rendant l’expulsion des migrants plus facile. 2. En 2006, George W. Bush signe le Secure Fence Act, autorisant la prolongation et le renforcement de la clôture séparant les deux pays. 3. Depuis 2010, les contingents de garde-frontières sont renforcés. 4. En 2017, Donald Trump entreprend d’ériger un mur « physiquement impénétrable » par l’augmentation de barrières, enceintes, drones, caméras thermiques, surveillance satellite, lasers, détecteurs de mouvements et implantation systématique de balises GPS sur toutes les personnes passant la frontière illégalement. 5. En 2021, face à l’évolution des tactiques de camouflage, la mise au point du déplacement supersonique et les milliers de tunnels rendant le sol sur lequel reposait la frontière extrêmement fragile, l’administration Trump met en place le Line In the Sand Act, démantèlement de l’intégralité des murs, clôtures et autres marqueurs de séparation entre les Etats-Unis et le Mexique. « À la place d’une ligne franche et infranchissable, définissant clairement les contours du territoire national et le pouvoir de l’état, la frontière est devenue un espace où les catégories se confondent, et le pouvoir est compromis ». Les Etats-Unis mettent alors en place le White wall, mur de séparation invisible et mouvant, séparant aléatoirement les Etats-Unis du Mexique, rendant tout passage, même légal, absolument impossible.